Etat de la nation (Partie VII)

Terrorisme


shadow
Print pagePDF pageEmail page

Sur ce point, le Premier ministre mélange terrorisme, nationalisme et extrémismes ainsi que populisme dans une même logique: il faut les dénoncer. Un peu facile, non?

Nous ne nous en contenterons pas!

Avant d’entrer dans le vif de ce sujet délicat, il est important, nous pensons, de mettre de côté tout les préjugés, afin d’essayer de comprendre le phénomène appelé « terrorisme ». Il est primordial également, de ne pas mener les réflexions et constats dans le cadre prédéfini par les politiques et la presse. Si pour vous, le terroriste c’est le mec barbu, le musulman du fin fond de sa caverne dans l’Hindou Kouch criant allahu akbar1)« Dieu est le Plus Grand » avant de se faire sauter à la ceinture explosive, ne continuez pas à lire! Par ailleurs, penser dans nos standards pour comprendre, mène inévitablement à l’erreur d’appréciation!

Le grand mathématicien, physicien, philosophe et ingénieur français, Henri Poincaré a dit: « La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux faits eux-mêmes; parce que, pour elle se soumettre, ce serait cesser d’exister. »

Quelle définition pour « terrorisme »?

« Ensemble d’actes de violence (attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation ou un individu pour créer un climat d’insécurité, pour exercer un chantage sur un gouvernement, pour satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système. » 2)Définition du Larousse

« La mise à mort délibérée de civils innocents est du terrorisme, et non pas la guerre contre le terrorisme. »3)Noam Chomsky, linguiste et philosophe américain contemporain, professeur émérite de linguistique au MIT, Massachusetts Institute of Technology.

« Le terrorisme est la guerre des pauvres, la guerre est le terrorisme des riches. Les deux sont immoraux au même titre. » 4)Peter Ustinov (1921-2004), Acteur, scénariste, écrivain, producteur et réalisateur britannique

La définition du terrorisme est avant tout une question de point de vue: les gouvernements de Ronald Reagan (USA) et de Margaret Thatcher (Grande-Bretagne) qualifiaient Nelson Mandela de terroriste pour justifier son emprisonnement, alors que l’on peut dire, à juste titre, que le reste du monde le considérait comme un combattant pour la liberté. Les exemples font légion dans l’Histoire de l’humanité.

Le précité Noam Chomsky considère que les États utilisent la qualification de terrorisme « pour se dédouaner de la dimension terroriste de leurs propres politiques. » 5)Pierre Tourev

Une vérité qui dérange

Personne ne naît terroriste!

Nous estimons que tous les hommes, où qu’ils vivent ou de quelle religion ou nationalité qu’ils soient, aspirent tous à la paix et une vie meilleure pour leurs enfants. Comment alors devient-on terroriste? Pour essayer de comprendre, il faut essayer de ne pas diaboliser la personne, même si l’on se doit de condamner toute forme de violence, quelle que soit son appellation! Si nous aspirons tous à cette paix pour nous et nos enfants, que doit-il se passer dans une vie humaine pour céder aux ténèbres, à la haine?

On peut constater que depuis 2001, la rhétorique des hommes politiques est guerrière. Les États-Unis et leurs alliés (nous!) mènent la guerre contre le terrorisme. Résultat: la situation s’empire et il y a plus d’actes terroristes aujourd’hui qu’en 2001. Tout n’est pas perdu pour autant: l’industrie de l’armement et celle de la sécurité sont en pleine croissance! Leurs armes ont tué, depuis 2001, 1,3 millions d’êtres humains! Dans les pays concernés, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie, l’Irak etc., la mort de ces êtres humains a laissé des familles en deuil et a forcément semé la graine de la haine. Mais qu’importe, alors que tout le monde sait que nous sommes les bons et « eux » forcément les méchants. Après tout, nous représentons la démocratie, les droits de l’Homme, la civilisation! 6)mode cynisme!

La guerre contre le terrorisme n’a pas laissé la place à plus de paix, mais à plus de haine!  La fameuse croisade de l’occident attise le terrorisme au lieu de l’éradiquer! Ainsi, nous sommes entrés dans la logique d’une guerre sans fin, une guerre qui crée constamment elle-même les causes pour lesquelles nous la menons. Les enseignements des guerres menées dans le passé, notamment celle du Vietnam, sont très clairs: on ne peut pas gagner ces guerres. Pour comprendre, il suffit de s’y rendre: ces gens vivent souvent dans des conditions rudes et ont développé au fil des guerres menées contre eux une résilience remarquable.

Pourquoi donc commettre les mêmes erreurs, alors que nous devrions savoir que nous ne pouvons pas gagner? Nous ne menons pas la guerre contre une abstraction appelée terrorisme, mais bien contre les personnes que nous soupçonnons de tels actes! Pas d’enquête approfondie! Le lendemain d’un « acte terroriste » nos drones envoient dans l’au-delà des familles et villages entiers!

Notons encore que toutes les guerres sont menées avec des armes. Qui livre les armes aux terroristes? Il importe de savoir que les cinq plus grands commerçants d’armes sont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Ceux, en principe, qui doivent empêcher les guerres! Tout cela mène à croire que le but n’est pas de gagner la guerre contre le terrorisme, mais de la faire durer!

Autant d’arrogance, d’hypocrisie et de cynisme ont leur prix. Nous sommes en train de le payer! La rhétorique guerrière de nos dirigeants ne saurait nous préserver de cette haine que nous avons semée. Nous pourrons transformer l’occident en gigantesque forteresse hyper-surveillée et geler tous les droits civiques: cela ne servira à rien.

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un ni l’autre, et finit par perdre les deux.7)Benjamin Franklin, homme politique, écrivain et scientifique du XVIIIè siècle, l’un des cinq rédacteurs de la Déclaration d’indépendance américaine, inventeur du paratonnerre 🙂

Les experts appellent la guerre contre le terrorisme une « guerre asymétrique »: c’est un conflit armé dans lequel les parties opposantes sont inégales en force, en matériel, en stratégie et en mentalité. Il n’y a pas de front. Les drones occidentaux tuent les gens là-bas, leurs combattants (que nous qualifions de terroristes) nous frappent chez nous (et ils ne viennent pas tous de l’étranger).

Comment s’en sortir

La paix a toujours été plus difficile à gagner que la guerre. Il faut être vigilant, plus critique, et moins crédule envers ceux qui nous servent des vérités toutes faites. Il faut arrêter les guerres avant tout! Comme nous l’avons expliqué, elles ne mettront pas fin au terrorisme mais ne feront que l’attiser. Les attentats de 2001 ont mené à l’invasion de l’Irak, alors qu’aucun des auteurs des attentats était Irakien. Par la suite, ce fut le tour de l’Afghanistan, alors qu’aucun des auteurs des attentats était Afghan. La même logique guerrière se répète inlassablement. Après les attentats de Paris en 2013, l’Allemagne entre en guerre contre la Syrie, alors que tous les auteurs des attentats, sauf un, venaient de France et de Belgique! Et toutes ces invasions et bombardements se sont faits sans mandat de l’ONU. Il s’agit de guerres illégales8)Cela peut paraître bizarre, mais il existe des guerres « légales »: celles pour se défendre contre une invasion ennemie et celles autorisées au préalable par l’ONU. Mais le contexte terroriste semble nous paralyser tellement que nous acceptons tout. Sommes-nous prêts à accepter également les conséquences de notre passivité?

 

Ce texte est également disponible en Allemand

   [ + ]

1. « Dieu est le Plus Grand »
2. Définition du Larousse
3. Noam Chomsky, linguiste et philosophe américain contemporain, professeur émérite de linguistique au MIT, Massachusetts Institute of Technology.
4. Peter Ustinov (1921-2004), Acteur, scénariste, écrivain, producteur et réalisateur britannique
5. Pierre Tourev
6. mode cynisme!
7. Benjamin Franklin, homme politique, écrivain et scientifique du XVIIIè siècle, l’un des cinq rédacteurs de la Déclaration d’indépendance américaine, inventeur du paratonnerre 🙂
8. Cela peut paraître bizarre, mais il existe des guerres « légales »: celles pour se défendre contre une invasion ennemie et celles autorisées au préalable par l’ONU

Auteur

Armand Wildanger
Armand Wildanger

Armand Wildanger est le Secrétaire Général du Syndicat NGL-SNEP depuis 2008. Il est en charge des communications du syndicat ainsi que de l'organisation et du fonctionnement du Secrétariat général du NGL-SNEP. Il fait partie du Conseil d'administration du NGL-SNEP. Armand Wildanger est diplômé en gestion d'entreprise.