OGBL et LCGB au service de la médiocrité à G4S


shadow

D’habitude, nous sommes trop occupés à aider nos membres pour prendre au sérieux tous les torchons pondus par nos concurrents des syndicats politiques de gauche et de droite. Parfois cependant, le vase déborde et ils franchissent le mur du con! A deux reprises maintenant, ces deux agitateurs nous agressent en écrivant des âneries. Bien sûr, en toute hypocrisie habituelle, ils laissent traîner des tracts que nous sommes censés retrouver. Et bien soit: l’heure est à la mise au point !

Le cœur du problème: la rémunération en cas de maladie

En bref, les syndicats OGBL et LCGB nous reprochent d’avoir causé la perte d’un acquis social: nous aurions fait intervenir l’Inspection du travail (ITM) afin d’abolir la prise en compte de l’échéance (fin de période de référence) dans le paiement des indemnités pécuniaires de maladie.

Cette allégation est aussi sotte que mensongère. Einstein disait déjà: « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »

En tant que Secrétaire général de mon syndicat, je ne suis pas au courant d’une telle sollicitation de l’ITM concernant le mode de calcul de l’indemnité pécuniaire de maladie. Nous avons sollicité une intervention sur le terrain pour les retards systématiques des plannings sur le site de LUXAIRPORT. Cela n’a donc rien à voir. Pourquoi donc s’adonner à la bassesse du mensonge répété? Nos « collègues » syndicalistes n’ont-ils pas d’autres chats à fouetter ? Et pourtant, ils devraient en avoir à G4S et dans le gardiennage.

Justement, au lieu de s’occuper de nous, ils auraient pu intervenir par exemple auprès de G4S afin que les agents, affectés à l’Aéroport, aient des conditions de travail humaines, un tant soit peu. N’est pas cela la vocation première d’un syndicat ? Mais qu’ont-ils fait ? Au lieu de travailler pour les agents G4S, ils travaillent contre eux. En voici la preuve publique. Un tract, issu à la même occasion, souligne très clairement que l’OGBL dit « NON » à la sous-traitance de la sécurité aéroportuaire par des sociétés de gardiennage privées, et donc, « NON » à l’emploi des agents de G4S. C’est aussi un « NON » à l’emploi des travailleurs frontaliers.

Voudriez-vous croire un tel syndicat ?

Chers « amis » syndicalistes: apprenez à lire votre convention collective!

Ensuite, autre point important: les conditions de travail des agents de sécurité sont régies par la convention collective et non pas par des tracts bidons. Justement, cette convention collective prévoit dans son article 30.3 (lire d’abord la dernière phrase !):

30.3: Calcul de la rémunération brute

Pour le calcul de la rémunération brute, il sera tenu compte de la moyenne arithmétique des 3 derniers mois précédant immédiatement l’entrée en jouissance du congé.

Le salaire mensuel moyen ainsi obtenu sera divisé par 173 heures.

Base de calcul: Comme rémunération brute sont à considérer:

  1. le traitement mensuel de base,
  2. les suppléments de nuit,
  3. les suppléments de dimanche et de jours fériés,
  4. les heures supplémentaires travaillées, prestées,
  5. ainsi que la prime pour heures effectivement prestées de manière régulière au transport de fonds (0,60 EUR cf. art. 26.2.) ainsi que les heures supplémentaires travaillées, prestées.

En cas de congé de maladie, l’indemnisation journalière est assimilée à celle des congés annuels.

Cette définition est très claire. Elle peut ne pas plaire aux syndicats OGBL et LCGB. Dans ce cas, retour à l’expéditeur: qui a négocié et signé la convention collective ? OGBL et LCGB ! Exclusivement ! Depuis des décennies!

Qui donc est d’accord pour payer la maladie de la sorte ?
Qui donc est d’accord pour la période de référence de 12 mois ?
Qui donc est d’accord avec la destruction de la vie privée des agents en acceptant des plannings tardifs et changeants à la seule bonne grâce de l’employeur ?
Qui donc est d’accord avec des augmentations salariales telles des miettes ?
Qui donc est d’accord avec les refus et les vols de congés ? …

La réponse est claire: ceux qui ont négocié et signé la convention collective. Les seuls responsables: OGBL et LCGB ! Notre désaccord avec tout cela se traduit depuis longtemps dans nos actions que vous avez pu suivre dans nos publications.

Sachez que l’Inspection du travail est elle aussi tenue par la convention collective ! N’en déplaise aux agitateurs mythomanes. A la fin, on peut se demander à quoi bon autant mentir. Pour endiguer l’hémorragie des membres vers notre syndicat ? Pour cacher sa propre incompétence et le mauvais résultat des négociations ? Pour faire plaisir à G4S qui doit rigoler de voir les syndicats s’emmêler les pinces et qui aimerait bien voir notre syndicat évincé ? Les deux syndicats y apporteraient-ils leur appui? Cette dernière hypothèse prend toute sa signification à la lecture de cette petite phrase traître, issue du tract commun des OGBL et LCGB : « […] aucun manquement de G4S sur les affaires citées n’a été établi, au contraire » . N’est-ce pas révélateur de voir les syndicats OGBL et LCGB établir une bonne note à G4S ?

Ce texte est également disponible en Allemand

Auteur

Armand Wildanger
Armand Wildanger

Armand Wildanger est le Secrétaire Général du Syndicat NGL-SNEP depuis 2008. Il est en charge des communications du syndicat ainsi que de l'organisation et du fonctionnement du Secrétariat général du NGL-SNEP. Il fait partie du Conseil d'administration du NGL-SNEP. Armand Wildanger est diplômé en gestion d'entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *