Langues

Brink’s 2018, c’est ça!

Communiqué par les délégués Brink's du NGL-SNEP


shadow

Congés

On vole des congés, délibérément! Un tiers du personnel a demandé le report de ses congés. Combien sont acceptés ? Combien sont refusés ?
La note de service concernant les demandes de congés n’est pas respectée, les réponses arrivent hors délais, lorsqu’elles arrivent…
Une demande de congé est effectuée le 1er mars pour le 5 novembre. Elle est refusée pour raison de service ????? C’est une blague !

 

Planning

Les agents du service planning oublient malheureusement qu’ils sont nos collègues. De ce fait, un bon nombre de salariés reçoivent des changements de planning la veille pour le lendemain.
Les modifications des plans de travail sont envoyées par e-mail sans accord ni concertation du salarié. La nouvelle mode est qu’on menace le salarié en lui disant de prendre ses responsabilités en cas de refus.
Brink’s ne reçoit pas le salarié qui vient à l’improviste pour récupérer son uniforme alors qu’on lui a dit au téléphone « tu viens quand tu veux ».
Brink’s s’octroie le pouvoir de menacer les salariés en se référant à la Convention collective qu’elle interprète librement à son avantage et qu’elle ne maîtrise manifestement pas.
Certains agents passent des mois entiers en HP (plan de travail prévisionnel sans affectation déterminée). Les agents concernés sont donc à la merci du planning et doivent renoncer à leur vie privée.
Les règles concernant les HP ne sont pas claires. Et pour cause, « HP » est un terme purement inventé par Brink’s. Il n’existe ni dans le Code du travail, ni dans la Convention collective. Cela ne choque visiblement personne, ni les juges, ni les pouvoirs publics.

Brink’s oblige un salarié avec des contre-indications médicales d’effectuer une mission contrindiquée.

 

Transport de Fond

A ce jour, la réglementation des permis poids-lourds est toujours au point mort et nos chauffeurs roulent dans l’illégalité. Cela n’inquiète personne. Ni la police, ni le Procureur, ni le Ministère des Transports, ni le Ministère de la Justice, ni le Patron, ni les Douanes, ni les associations de sécurité routière !
Nos collègues du transport de fonds travaillent actuellement en moyenne 12 heures par jour. Certains tours commencent à 6h00 pour terminer à 20h00. Leur planning indique une heure de début, la seule qui soit respectée car l’heure de fin est devenue très hasardeuse.

Obliger les collègues à faire des heures supplémentaires n’est pas un problème, les payer est toute une histoire de vérification, d’ajustement etc.…

Les réclamations des clients sont de plus en plus fréquentes.

Les « mauvais agents » écartés en 2016 et 2017, sont devenus les « meilleurs » qu’on rappelle quand bon leur semble pour sauver les tournées.

La période de référence à 12 mois ? Laissez-nous rigoler: Brink’s paie des heures supplémentaires à gogo et encore des heures à l’échéance (des 12 mois), parfois plus de 100 heures. Economies, économies !!!!!! Visiblement, il n’y a pas de période de référence assez longue pour pallier aux incompétences organisationnelles de la Brink’s !

La formation des agents est obsolète. Nos collègues se forment sur le tas, bien souvent par téléphone devant des clients médusés. Bonjour le professionnalisme que la société Brink’s veut montrer à ses clients !

Et tout cela parce que Brink’s est aveuglée par le bénéfice…

Des responsables qui se cachent : « ce n’est pas nous, faut voir avec la Direction ». Voilà leur unique réponse.
La Direction des opérations nous dit que certains ne vont pas assez vite. Et la sécurité routière dans tout cela ? Encore une fois, le bénéfice prime la sécurité.

 

Direction des opérations

Chez Brink’s le client est vraiment roi : un e-mail, un coup de téléphone et voilà, un salarié s’en va.
Chez certains clients c’est nos agents qui sont rois. Ils sélectionnent nos collègues non pas pour leurs compétences, mais pour leur malléabilité : un coup de téléphone et puis s’en va.
Les agents ont tous l’habitude de mentir les clients en face, parce que lorsqu’ils ont des doléances ou une requête, la Direction des Opérations est inexistante.

Nous disons Stop à cet amateurisme et cette incompétence et mettons notre Direction face à ces responsabilités pour régulariser cette situation dans les plus brefs délais.

Nous tenons à informer les agents Brink’s que le salarié a des droits et des devoirs, mais que l’employeur a également des droits et des devoirs, et que son premier devoir est de respecter la Convention collective et par-dessus tout, l’être humain que sont les agents, ce qui est de moins en moins le cas. L’employeur a des responsabilités qu’il semble avoir largement oubliées pour ne laisser la place qu’au bénéfice au détriment de la santé et de la sécurité de ses collaborateurs. C’est une honte !!!
Soyons clairs, ce phénomène est récurrent depuis que nous n’avons plus de DRH et que la responsabilité incombe directement au Directeur des Opérations et au Directeur de la Sécurité qui sont sous les ordres de notre Directeur Général.

 

Commentaire du NGL-SNEP:

Visiblement, le dialogue social ne fonctionne plus non plus à Brink’s pour que la délégation aille en public. Alors que nous avons vu des années plus calmes lorsque le dialogue entre la délégation et la Direction des ressources humaines fonctionnait, nous allons, à présent que la DRH est tout simplemet dissoute, droit à la confrontation! Nous renvoyons dans ce cadre à notre article paru dans notre « Kontakt » de novembre 2017: « Brink’s: les lois sont pour les imbéciles! Les accords ne lient que ceux qui veulent bien les respecter. Histoire d’un retour à l’âge de pierre. »

Auteur

Armand Wildanger
Armand Wildanger

Armand Wildanger est le Secrétaire Général du Syndicat NGL-SNEP depuis 2008. Il est en charge des communications du syndicat ainsi que de l'organisation et du fonctionnement du Secrétariat général du NGL-SNEP. Il fait partie du Conseil d'administration du NGL-SNEP. Armand Wildanger est diplômé en gestion d'entreprise.

Comments

  1. le révolté    

    On ne veut pas donner de congés aux agents de sécurité et en même temps on voudrait moins d’arrêt de travail de la part des agents, excusez-moi mais il ne faut pas tomber de Saint-Cyr pour comprendre le problème!!!!

  2. le dégoûté    

    Encore que les officiers sortis de Saint-Cyr auraient la discipline et l’intelligence nécessaires pour arriver à gérer facilement les congés! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *